Elevage de dromadaire chez soi ? Et pourquoi pas ?

Argumentaire sur l' élévage de grands camélidés en France.

Pour répondre aux nombreuses questions légitimes du grand public français sur le fait d'élever ce genre d'animaux en dehors de leur désert naturel, nous avons en tant qu'éleveur un devoir d'information et répondons ceci :

  • Les dromadaires et chameaux ne souffrent pas du froid mais sont plutôt sensibles à la pluie froide. Il leur faut des abris, comme les moutons, les vaches, les chevaux et tout autre animal domestique .
  • Dromadaires et chameaux ont une nourriture adaptée, elle est même trop riche en Europe et nos animaux se portent trop bien.
  • Ils peuvent se "coucher" sur du dur grâce à leur plaque sternale et à leurs callosités. Il faut juste éviter que cela soit répétitif ou prévoir un tapis.
  • Domestiqués depuis 5000 ans, c'est une question de survie et de respect mutuel dans le désert. En Europe les camélidés aiment travailler en compagnie des hommes du moment qu'ils y sont habitués et qu'ils sont bien éduqués. Les moyens de conduite comme l'anneau ou le bâton électrique sont à prohiber.
  • En France les dromadaires sont bien soignés et n'ont pas les maladies qui les tuent par dizaines dans le désert. Nos vétérinaires ont tout de même encore des efforts à faire avec les grands camélidés.
  • Leurs pieds sans sabot leur permettent de marcher sur des sols durs ou du sable. Attention à la boue, et aux herbes sèches, ça glisse un peu !
  • Chez nous ils sont identifiés et répertoriés dans la base de données nationale Esirecam, reconnue par l'état et le ministère de l'agriculture. L'élevage de grands camélidés est assimilé à celle de l'élevage équin, de fait classé comme activités agricoles (certaines activités ne peuvent prétendre du régime agricole : comme le spectacle, la course, le trait avec une carriole...). Un particulier peut posséder jusqu'à trois camélidés chez lui du moment qu'il respecte le code rural. Les éleveurs sont assujettis au seul Règlement Sanitaire Départemental (RSD de votre commune).
  • Enfin, en France ils vivent plus longtemps, car ils travaillent peu, les conditions de vie sont moins dures et surtout il ni a pas pour l'instant de production zootechnique de viande.
TENZA ET TITOUAN

Et oui, vous êtes nombreux à vouloir acquérir un dromadaire ou un chameau et vous êtes nombreux à en posséder. Vous ne le savez peut être pas, mais notre passion pour cet animal atypique nous vient d'une rencontre fortuite dans l'Aveyron. Il a des éleveurs de grands camélidés un peu partout sur le territoire et on peut facilement rencontrer les plus connus avec internet.

COMMENT ELEVER ET EDUQUER UN DROMADAIRE EN FRANCE ?

Elever, héberger et posséder un dromadaire en France n'est pas utopique. Les dromadaires que l'on rencontre parmi nous sont à 99% nés en France , ou en Europe. Ils sont donc déjà plus ou moins adaptés aux conditions météorologiques, qui leur conviennent de plus en plus avec le changement climatique. N'oublions pas le principal, en France notre compagnon est bel et bien un animal DOMESTIQUE ( sa domestication en Orient remonterait à 5000 ans).

Détenir un dromadaire ou un chameau ça peut être "super" mais comme avec tout animal ça peut aussi vite devenir "catastrophique". Il faut donc, en tant que personne responsable, prendre conscience de certaines choses concernant les animaux en général et les spécificités propres à l'espèce en particulier.

L' aventure "dromadairienne" doit se préparer avec un minimum d'informations de base, afin de bien vivre votre premier contact. Ensuite, vous pourrez tenter de nouvelles expériences avec votre bossu et vous découvrirez son énorme potentiel. Vous avez aussi le choix de le laisser tranquille dans son espace, mais...

... avant d'acquérir un dromadaire ou un chameau,

posez vous quelques questions de bon sens. Au moins vous saurez vous en occuper sans paniquer quand les besoins s'en feront sentir (soins, maladie, blessure...).

  • Où et comment sera-t-il hébergé ?
  • Quel sexe choisir ?
  • Que vais je faire faire avec mon ou mes grands camélidés ?
  • Est ce qu'un vétérinaire de proximité voudra bien s'occuper de lui en cas de souci et pour le suivi sanitaire ?
  • Est ce que j'aurai besoin de le transporter... ?
  • Suis-je capable de le soigner et de l'entretenir correctement ?

Afin de mieux vous préparer à cette rencontre du troisième type, n'hésitez pas à nous appeler. Nous serons heureuses de partager, notre passion ainsi que 9 ans d'expériences acquises auprès de nos bossus et aussi à l'international (Coralie vient de participer à sa seconde Camel Clinic organisée au Texas).

PRESENTATION DES STAGES POUR ADULTES : journée complète de 7 heures au contact des dromadaires, avec possibilité de monter environ durant 3 heures (suivant vos souhaits, vos capacités et votre niveau).

Coralie en tant qu'exploitante agricole et éleveuse cameline vous accueille chez elle avec les dromadaires issus de son élevage : des adultes qui ont déjà pas mal de kilomètres sous la bosse et aussi des plus jeunes qui peuvent faire encore beaucoup de "bétises".

Notre structure se trouve au pied du massif de la Gardiole, une région magnifique avec vue imprenable sur la mer, que nous arpentons depuis 26 ans !

Tarif : 180€ la première journée (repas du midi offert à la maison), 150€ les jours supplémentaires (hors hébergement). Les +++ Coralie parle couramment l'anglais et vous fera découvrir sa magnifique région autrement. Si vous avez déjà un dromadaire, Coralie se déplace chez vous.

Ces stages prévoient de répondre à un maximum de questions que peuvent se poser légitimement toute personne désireuse d'en savoir plus sur les grands camélidés. Vous avez un projet professionnel, vous êtes curieux ou passionnés, ces stages sont pour vous.

Les thématiques peuvent être prévues à l'avance, mais vous ne passerez pas à côté des fondamentaux. Nos objectifs sont de vous renseigner de façon théorique et pratique sur les différents sujets :

1. La réglementation autour des grands camélidés.

2. Les techniques d'élevage :

- l'hébergement, la nourriture, les pathologies, les soins...

- le comportement (le jeune, la femelle, le mâle, le troupeau)

- les effets de la domestication (communication, la castration, les TOCS...)

- les atouts et les freins liés à l'élevage des grands camélidés.

3. La pratique avec démonstrations et exercices (en main et monté) :

- les règles de sécurité et la prévention des risques,

- les manipulations (abord, travail au sol, monté...),

- le dressage et débourrage basé sur l'éthologie,

- les différentes techniques de monte (le matériel d'élevage, le harnachement...)

- les méthodes de contention douce,

- le transport,

- autres (longues renes, le bât, la laine, la sellerie...)

4. La camélologie ou les spécificités physiologiques des dromadaires sont abordées le temps des visites pédagogiques approfondies au contact des animaux. Nous tentons de répondre à toutes vos questions et il vous sera possible d'acheter notre livret pédagogique pour la somme de 20€, ainsi que le compilivre du dromadaire pédagogique écrit par Bernard FAYE du CIRAD 35€.

- Attestation de stage.

5. La culture chamelière dans le monde : chez nous il ni a pas vraiment de culture chamelière ancrée au territoire mais en cherchant bien on arrive à trouver les "empreintes" de grands camélidés qui remonteraient au temps des Mérovingiens et il existe comme cela quelques "bulles isolées" : comme les dromadaires landais ou l'histoire de l'emblématique dromadaire de Béziers. Au XIX siècle, l'animal est exporté un peu partout sur la planète. Son statut dans le bestiaire et sa place au sein des populations qu'il rencontre est vraiment très différent d'une région à l'autre du globe. A 24, ans Coralie à cette chance de pouvoir partager avec vous ce qu'elle a retenu des différents éleveurs visités grâce au grand camélidés, (Portugal, Espagne, Chypre, Bulgarie, Autriche, Hollande, Angleterre, Tunisie, Egypte, Koweit, Emirats Arabes, Australie, Etats-Unis).

L' équipe qui vous accueille :

Coralie en tant qu'éleveuse, éducatrice de grands camélidés depuis 9 ans et Cécile (formatrice du personnel de l'IFCE pendant la cession de sensibilisation dans le cadre de la campagne d'identification des grands camélidés). Et bien entendu nos 6 bossus qui vous attendent le pied ferme.

DRESSAGE ET FORMATION CAMELINE AVEC CORALIE...

  • Grâce à une expérience internationale unique acquise au contact des dromadaires et des chameaux depuis l'âge de 15 ans, Coralie propose ses compétences en dressage et valorisation cameline en France, en Europe et depuis 2018 aux Etats Unis (parle l'anglais).
  • Elevage, soins, éducation, travailler, jouer avec son dromadaire, filer la laine... autres projets.
  • L' éthologie demeure la base des méthodes de dressage employées. L' éthologie s'avère une puissante aide aussi bien dans l'éducation d'un animal, que dans la gestion quotidienne d'un élevage.
  • Vous avez des questions, un projet, ou vous êtes curieux d'en savoir plus, n' hésitez pas à la joindre au

06 25 32 13 72 ou sur sa page facebook

Apprentissage de base à pied.

Acquisition du licol et mise aux ordres.

Travail aux longues renes, confiance et communication.

A l'école de la caravane avec un professeur monté

Monter dans le van, ça s'apprend ???

Elever un dromadaire ou un autre camélidé, mais pourquoi faire ?

Les dromadaires et les hommes partagent leur vie depuis environ 5000 ans. L'élevage des dromadaires et des chameaux est intimement lié à de nombreuses populations dans le monde. Les chameaux considérés comme espèce sur le déclin pendant un certain temps, voient aujourd'hui, leur nombre progressé grâce à leur production de laine et de lait. Bien que 80% du cheptel des bossus de part le monde soit encore élevé pour la production de viande, la collecte de laine et de lait ainsi que la force de travail et les activités agro touristiques ne sont pas à négliger.

Aujourd'hui il est temps d'agir pour la transition écologique, le dromadaire fait parti de ces animaux exotiques à qui le changement climatique profite. L' animal et son potentiel inspire de plus en plus de personnes partout où la température grimpe au dessus des 40° degré, partout où la sécheresse dure, partout où la végétation souffre.

Qu’il s’agisse de l'élevage, du dressage, de la randonnée, de la laine, du lait, des activités pour les familles ou bien avec des personnes en difficulté, l'objectif de la ferme est de faire la promotion et de valoriser chaque filière auprès du grand public, dans le respect de l'animal.

La laine, le lait, la pension avec travail :

Concernant notre petite filière laine, nous récupérons la laine une fois par an à la période de la mue. La récolte se fait à la brosse, cela demande du temps et surtout des bras. Ensuite c'est un long protocole d'étapes (lavage, séchage, cardage, filage...) avant de pouvoir tricoter sa propre laine, mais quelle satisfaction.

C'est 100% pure laine de dro !

A la ferme nous n'avons pas de production laitière, car pour faire du bon lait, il faut avoir beaucoup de naissances et être équipé d'un matériel spécifique pour la transformation. Dans cette attente on vous propose de goûter du lait stérilisé sous la forme liquide et en poudre pour une consommation facile, ainsi que d'essayer les savons au lait naturellement doux.

Prochainement un service de pension avec dressage sera mis en place pour votre camélidé ou votre équidé.


On en parle dans les médias : ACCUEIL LA MATINALE D'EUROPE 1 -

LE 6H - 9H EN ATTENDANT DEMAIN 08h56, le 12 septembre 2019
Les chameaux pourraient-ils bientôt remplacer les vaches ?

"Alors que l'eau se fait de plus en plus rare et chère, la solution des agriculteurs du sud de la France pourrait être de remplacer leurs vaches par des chameaux.
Avec des épisodes de canicules de plus en plus fréquents et une année 2019 torride, l’agriculture se transforme au point que les vaches pourraient peu à peu disparaître au profit des chameaux ?
On n’en est pas encore là mais si la météo française (notamment au sud) commence à ressembler à celle de l’Afrique du Nord, dromadaires et chameaux vont débarquer en force. En sept ans, leur population a doublé, passant de 500 en 2012 contre un millier aujourd’hui. Il faut dire qu’ils ont un tas d’atouts dans leurs bosses.

Lesquels ?
Les chameaux sont beaucoup moins gourmands en eau, ils se contentent de 20 litres par jours contre 100 (soit cinq fois plus) pour la vache. Pour se nourrir, le camélidé dévore du foin plus facile à produire que le maïs et là encore moins consommateur d’eau. Au moment où l’or bleu devient rare et cher, des éleveurs accomplissent une transition peu banale, remplacer leur troupeau de vaches par des chamelles. Le phénomène est mondial, notamment dans les pays occidentaux concernés par le réchauffement climatique.

Comment va-t-on faire pour le lait ?
En vous habituant au lait de chamelle. Bon courage ! C’est rude mais c’est vrai qu’il a des vertus. Il est beaucoup moins gras et plus digeste que le lait de vache et toléré par les personnes ou nourrissons allergiques au lactose.

L’eau, le lait et puis quoi encore ?
La vache va encore perdre des points face aux chameaux qui sont des bosseurs (n’y voyez pas un mauvais jeu de mot). Dans le Languedoc, ils jouent les cadors pour débroussailler la garrigue et ainsi éviter des départs de feu. Dans les vignes ou les champs, ils sont plus à l’aise pour labourer la terre et plus costauds que les chevaux de trait ou les bœufs. Enfin, dans les Landes, ils sont utilisés pour nettoyer les grandes plages sur l’océan. Ils connaissent le sable, eux qui sillonnent le Sahara de long en large. Ils ont la particularité de ne pas s’enfoncer donc ils sont un précieux alliés pour aider à ramasser tous les déchets et les bouts de plastique qui souillent le littoral.

Jean-Pierre Montanay a interrogé des chameaux : ils sont très contents de venir. Contrairement aux idées reçues, ils s’acclimatent bien, il fait ni trop chaud ni trop froid ! Et puis en France, il n’existe pas encore d’abattoir certifiés, ils sont donc sûr de vivre longtemps et de ne pas finir en hamburger comme dans les pays du Golf. Enfin peut être plus pour très longtemps s’il n’y a plus de vaches demain."

Par Jean-Pierre Montanay

Récolte de la laine au printemps.

Filage au rouet en automne.

Coralie vous apprend à filer la laine.

Réalisation de jolies pelotes aux teins naturels

Confection de bonnet pour l'hiver.

LES PETITS CAMELIDES ONT LA COTE ! Il a une fédération qui structure les activités avec les petits camélidés.

L' AFLA regroupe une mine d'informations très complètes concernant l'élevage, les soins, un annuaire des éleveurs, une boutique et un blog.

Tout y est, et en plus c'est très bien fait.

On attend la même chose avec les grands bossus !